Aller au contenu

Les aides de l'Anah pour les propriétaires bailleurs

Le programme « Louer abordable »

Présentation du conventionnement avec travaux

L’amélioration prévue peut concerner la performance énergétique via de la rénovation thermique, l’installation d’éléments de confort (chauffage, électricité), la mise aux normes et la sécurité des habitants.

Les cas concernés par le conventionnement :

  • insalubrité,
  • habitat dégradé,                  
  • logement non décent,
  • murs extérieurs partiellement ou non isolés,
  • salle d’eau ou salle de bain vétuste,
  • étiquette énergétique notée E, F ou G au Diagnostic de Performance Energétique
  • réseau électrique non conforme,
  • fenêtres avec du simple vitrage,
  • ventilation naturelle,
  • vieil appareil de chauffage électrique ou au gaz,
  • pas de moyen de chauffage fixe,
  • éclairage naturel faible ou absent dans certaines pièces.

 

3 types de travaux :

  • Pour des gros travaux de réhabilitation d'un logement indigne ou très dégradé

    • La subvention ne peut pas dépasser 35% du montant HT des travaux. L'aide de l'Anah est au maximum de 1000 € HT/m² dans la limite de 80 m² par logement.  En outre, une aide à la maîtrise d'ouvrage de 840 € peut vous être allouée.

  • Pour des travaux de mise en sécurité et de salubrité ou pour l'autonomie de la personne (âge ou handicap)

    • La subvention ne peut pas dépasser 35% du montant HT des travaux. L'aide de l'anah est au maximum de 750 € HT/m² dans la limite de 80 m² par logement. En outre, une aide à la maîtrise d'ouvrage de 560 € peut vous être allouée.

  • Pour des travaux de rénovation énergétique (permettant au moins 35% de performance énergétique)

    • La subvention est de 25% du montant HT des travaux. L'aide de l'Anah est au maximum de 750 € HT/m² dans la limite de 80 m² par logement. En outre, une aide à la maîtrise d'ouvrage de 560 € peut  vous être allouée.

Les conditions :

  • Le logement doit :

    • être achevé depuis au moins 15 ans ;
    • se situer en France (métropole et DOM) ;
    • être une maison ou un appartement ;
    • être vacant ou habité ;
    • être à usage d’habitation ;
    • être destiné à être loué à titre de résidence principale (c’est-à-dire occupé au moins 8 mois par an) ;
    • répondre aux normes de décence à l’issue des travaux et de la mise en location ;
    • pas de recours à un PTZ lors de ces 5 dernières années ;
    • si des travaux de rénovation énergétique sont envisagés, ils doivent permettre un gain de performance énergétique d’au moins 35% ;
    • Pas de conditions de ressources exigées pour le propriétaire bailleur.

Quelques caractéristiques du conventionnement avec travaux :

  • Respect du plafond de ressources des locataires (dépend du type de conventionnement et si région parisienne / Province)

  • Respect du plafond de loyer (dépend du type de conventionnement, de la zone et de l’Anah locale)

  • Durée du conventionnement : 9 ans ( =/= du conventionnement sans travaux : 6 ans)

Les avantages fiscaux (abattement fiscal sur les revenus fonciers) :

Les avantages fiscaux vont dépendre du type de conventionnement.

  • Si conventionnement en loyer intermédiaire : 

    • Zone A et B1, l'abattement fiscal sur les revenus fonciers est de 30%
    • Zone B2, l'abattement fiscal sur les revenus fonciers est de 15%
    • Zone C, pas d'abattement fiscal

  • Si conventionnement en loyer social et très social : 

    • Zone A et B1, l'abattement fiscal sur les revenus fonciers est de 70%
    • Zone B2, l'abattement fiscal sur les fonciers est de 15%
    • Zone C, pas d'abattement fiscal

  • Si intermédiation locative :

    • En zone A, B1, B2 et C, l'abattement fiscal sur les revenus fonciers est 85%

​​​​​​​Toutefois, l'intermédiation locative n'est pas mise en place dans tous les départements. 

 

Focus sur l'intermédiation locative

L’intermédiation locative (Solibail, Louez solidaires et sans risques, …) est un dispositif qui permet de sécuriser et simplifier la relation entre le locataire et le bailleur grâce à l’intervention d’un tiers social (opérateur, organisme agréé ou association). Le dispositif repose également sur des déductions fiscales, pouvant atteindre jusqu’à 85 % des revenus locatifs, aux bailleurs qui acceptent de louer leur logement à des ménages en difficulté. 

Le mandat de gestion :

  • Mise en gestion dans une agence immobilière à vocation sociale ou autre organisme agréé par l'État
  • Ils se chargent de louer le logement, gérer la location et le paiement des loyers
  • Le bail est conclu directement entre le bailleur et le locataire

 

Sous-location :

  • Le bailleur conclut un bail avec un organisme agréé public ou privé qui, pour sa part, conclut un contrat de sous-location avec une personne ou famille éprouvant des difficultés particulières, en raison notamment de l’inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d’existence ou à des personnes physiques dont la situation nécessite une solution locative de transition.

  • L’organisme assure le paiement des loyers mensuels et des charges auprès du bailleur, l’entretien et la remise en état du logement.

  • La condition tenant au respect du loyer plafond de la convention doit être satisfaite d’une part, entre le bailleur et l’organisme locataire, et d’autre part, entre l’organisme locataire et le sous-locataire.

Il est à noter que ces deux dispositifs ne sont pas encore tout à fait opérationnels en Meurthe-et-Moselle.

Retour en haut de page